La guerre à travers les yeux d’un enfant : le partenariat entre les États-Unis et la Jordanie apporte un soutien aux réfugiés syriens

Translated:
6 minutes read time
Caption: A painting by a Syrian child injured during the country’s civil war completed during an expressive art therapy class. (Photo courtesy of Stephen Petegorsky)
Peinture d’un enfant syrien blessé pendant la guerre civile, et réalisée lors d’un cours d’expression en art-thérapie. (Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Stephen Petegorsky)

La guerre à travers les yeux d’un enfant : le partenariat entre les États-Unis et la Jordanie apporte un soutien aux réfugiés syriens

Ces peintures sont puissantes, parfois difficiles à regarder, et suscitent en nous des sentiments dérangeants sur la mortalité et la mort. Mais pour les 380 enfants réfugiés syriens participant au programme Wings of Peace à Amman, en Jordanie, elles représentent un chemin pour les aider à faire un travail sur le grave traumatisme psychologique subi et les souffrances causées par les blessures reçues pendant la guerre civile syrienne. Il s’agit là de l’un des nombreux programmes dans lesquels le bureau chargé des Affaires politiques et militaires du département d’État, en collaboration avec le Centre Polus pour le développement social et économique, une organisation non gouvernementale américaine, et son partenaire jordanien, Asia Development Training, Inc. (ADT), ont décidé d’investir, afin de venir en aide aux besoins physiques et émotionnels des enfants meurtris par la guerre.

L’une des 36 photos de l’exposition de la London Truman Brewery en octobre 2017, coparrainée par Polus et la Fondation Find A Better Way Foundation, de Sir Bobby Charlton, au Royaume‑Uni, visant à sensibiliser l’opinion publique à la détresse des enfants réfugiés syriens victimes de la guerre. (Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Stephen Petegorsky)

En 2015, la Fondation Dorothea Haus Ross a permis de poursuivre le travail de Polus en créant l’initiative Wings of Peace, pour essayer de faire face au traumatisme psychologique vécu par ces enfants. Les premières peintures des enfants représentaient des fosses communes, des bombardements, des familles assistant à des funérailles et des scènes de guerre. Au fil du temps, et grâce à un service d’aide considérable, les enfants ont commencé à peindre des images qui reflétaient un espoir pour l’avenir, la paix et la promesse d’une vie meilleure en Syrie une fois la guerre terminée.

Au fil du temps, les enfants commencent à peindre des tableaux porteurs d’espoir,révélant la profondeur de leur résilience, de leur courage et de leur optimisme pour l’avenir. (Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Stephen Petegorsky)

En Jordanie, Polus et l’ADT fournissent aux survivants jordaniens et syriens blessés pendant les affrontements des services de mobilité et de réadaptation prothétique. En créant des partenariats locaux exclusifs, Polus apporte également son soutien au Centre Al Bader, au Centre Al Hussein, à Syrie sans Frontières et au Centre Al Salam, en distribuant aux adultes et aux enfants des prothèses et des appareils de mobilité, y compris des membres artificiels, des fauteuils roulants et des attelles. Une composante importante du projet comprend la formation de réfugiés ayant perdu des membres suite à l’explosion de mines, sur la manière de se soigner soi-même dans un premier temps, pour ensuite devenir des professionnels qualifiés en rééducation, capables de venir en aide à d’autres. Certains de ces techniciens sont déjà retournés en Syrie pour fournir des services de prothèse aux victimes de guerre récemment blessées.

De plus, chacun de ces centres accueille des victimes de mines terrestres et de munitions non explosées pendant plusieurs semaines, l’installation d’une prothèse et d’une orthèse pouvant s’avérer être un processus long et difficile. Pendant ce temps, les résidents reçoivent une aide psychologique, une kinésithérapie et des instructions sur la manière de prendre soin de leur(s) nouvelle(s) prothèse(s).

Le changement dramatique est mis en évidence dans les projets d’art expressif des enfants. L’expression qui a lieu au cours de l’art-thérapie permet à la convalescence de démarrer par un autre canal, en créant pour les enfants qui sont dans les premières étapes du processus de guérison un environnement accueillant. (Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Stephen Petegorsky)

Aujourd’hui, la Jordanie accueille près de 655 000 réfugiés syriens, dont plus de 33 % ayant moins de 11 ans. Le financement humanitaire américain en Jordanie, dépassant le milliard de dollars depuis le début de la crise syrienne, continue de venir en aide aux 141 000 réfugiés syriens vivant dans des camps, ainsi qu’aux plus de 500 000 réfugiés vivant en dehors des camps et qui reçoivent une aide financière en matière de besoins de base comme pour le loyer, les soins de santé, les coupons alimentaires et le transport. Il vient renforcer les efforts visant à inscrire d’autres élèves à l’école publique, soutient des programmes psychosociaux et contribue aux mesures pour l’assainissement et l’amélioration de la qualité de l’eau, qui profitent aux réfugiés à la fois syriens et jordaniens. En outre, le financement américain facilite l’enregistrement des réfugiés, l’accès aux opportunités de travail et la mise en place de programmes de protection au sein des communautés.

Depuis 1993, les États-Unis ont investi plus de 2,8 milliards de dollars dans des programmes de destruction d’armes classiques, y compris l’aide aux survivants, et ce, dans plus de 100 pays. En tant que premier fournisseur mondial d’aide financière et technique pour le dédouanement des débris explosifs de guerre, les États-Unis se réjouissent de poursuivre leur collaboration avec leurs partenaires dans la région.

À propos de l’auteur : Natalie Wazir est chargée du programme intitulé Conventional Weapons Destruction Programs in Jordan and Syria, du bureau d’Élimination et de Réduction des armes, rattaché au bureau chargé des Affaires politiques et militaires du département d’État.

French translation of “War Through a Child’s Eyes: U.S.-Jordan Partnership Delivers Assistance for Syrian Refugees

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

Cet article est également disponible sur le blog Medium officiel en français du département d’Etat.