Tester un nouveau modèle pour promouvoir l’éducation et stimuler l’emploi des jeunes au Maroc

Translated:
5 minutes read time
Student grabs item from bag.
Des élèves de Tétouan participent à un tirage au sort pour sélectionner les établissements qui prendront part à un programme pilote innovant destiné à l’enseignement secondaire.

Tester un nouveau modèle pour promouvoir l’éducation et stimuler l’emploi des jeunes au Maroc

Le gouvernement du Maroc s’attaque à cette question d’importance à l’aide d’un modèle innovant et évolutif destiné à l’enseignement secondaire, qui est en train d’être introduit dans une centaine de collèges et lycées de tout le pays. Il s’agit d’un volet de l’accord entre la MCC et le Maroc sur l’employabilité et la productivité du foncier. Dans le domaine du développement, un tel coup de pouce pour faire progresser l’employabilité des diplômés n’a rien de nouveau — mais les projets de la MCC, qui prévoient de piloter et de tester cette nouvelle approche de façon rigoureuse, sont révolutionnaires.

En collaborant avec des chefs d’établissement, des enseignants et des représentants de 100 collèges et lycées de tout le Maroc, le programme devra identifier les besoins, défis et aspirations spécifiques à chaque établissement et établir un projet d’amélioration individualisé. Ces projets pourront toucher à des aspects variés, depuis l’environnement éducatif et les équipements scolaires jusqu’à la mise en place de nouvelles méthodes d’enseignement et une autonomie accrue dans la prise de décisions par l’établissement. Une évaluation indépendante et rigoureuse permettra au ministère de l’Éducation du Maroc de mesurer avec certitude si les projets d’amélioration ont donné les résultats attendus en termes d’apprentissage et d’emploi pour les élèves marocains, et éventuellement de généraliser ce programme pour qu’il profite aux étudiants et aux employeurs dans l’ensemble du pays.

Étant donné que de nombreuses écoles étaient désireuses de participer au programme pilote, il était particulièrement important de disposer d’un moyen transparent pour sélectionner les 100 premiers établissements. Un tirage au sort public s’est donc tenu à Tétouan (Maroc) afin de sélectionner les collèges et lycées qui participeraient au programme dans la première région. Chaque établissement s’étant vu attribuer un jeton portant un numéro, des dignitaires locaux, des responsables du gouvernement et des élèves se sont succédés pour tirer au sort. Chaque fois que le numéro d’un établissement était tiré, celui-ci était désigné pour participer au programme. L’enthousiasme était grand et les personnes présentes applaudissaient à rompre lorsque leur établissement était tiré.

La sélection par tirage au sort a assuré la transparence du procédé de sélection des établissements qui prendraient part au programme financé par la MCC et destiné à promouvoir l’enseignement secondaire.

La MCC et ses partenaires marocains collaborent avec un évaluateur indépendant, Mathematica Policy Research, afin de garantir que les décideurs marocains disposent des meilleures informations possibles sur l’impact du programme au moment où ils décideront s’il convient ou non de l’étendre, de quelle manière et dans quels établissements. Mathematica comparera les résultats des établissements du groupe pilote et de ceux qui n’ont pas été sélectionnés lors du tirage au sort, ce qui permettra au ministère de l’Éducation marocain de déterminer si ces projets d’amélioration ont eu un effet mesurable sur l’apprentissage des élèves et des retombées en termes d’emploi. Depuis la création de la MCC en 2004, c’est ce type d’approche rigoureuse en terme d’évaluation de l’impact des projets qui met cette agence au premier plan en termes de responsabilité et de transparence dans le domaine du développement international.

Pendant la durée de ces investissements dans le système scolaire, on prévoit qu’environ 100 000 élèves du secondaire au Maroc bénéficieront d’une éducation de meilleure qualité, à même de mieux les positionner sur l’exigeant marché du travail d’aujourd’hui. Si ce programme était généralisé à tout le pays, ils pourraient se comptabiliser en millions. L’évaluation du programme par Mathematica ne servira pas seulement à mettre en lumière les efforts actuels du gouvernement marocain pour façonner une main-d’œuvre dotée de compétences plus pointues afin d’accélérer la croissance économique, de promouvoir la stabilité et la sécurité et de réduire la pauvreté ; elle fournira aussi à la MCC des renseignements utiles pour ses investissements futurs dans d’autres régions du monde.

L’accord de 450 millions de dollars que la MCC a passé avec le gouvernement du Maroc entend améliorer aussi bien l’éducation que la productivité du foncier. Le gouvernement du Maroc s’est engagé à soutenir les investissements de la MCC à hauteur de plus de 67,5 millions de dollars. En donnant aux jeunes gens les compétences qui leur permettront de réussir la transition du lycée vers des postes de qualité, le gouvernement du Maroc fait un investissement fondamental dans un avenir qui pourra encourager une économie durable et prospère pour le pays.

À propos de l’auteur : Ryan Moore est le directeur de la division Évaluation au sein de la Millennium Challenge Corporation (MCC).

Note de l’éditeur : Ce texte a d’abord été publié sur le blog de la Millennium Challenge Corporation.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.