Cadeaux américains pour un anniversaire canadien: la Mission américaine au Canada raconte une histoire d’amitié pour commémorer son 150e anniversaire.

Translated:
4 minutes read time
La biosphère à Montréal.

Cadeaux américains pour un anniversaire canadien: la Mission américaine au Canada raconte une histoire d’amitié pour commémorer son 150e anniversaire.

Que peut-on offrir à un pays qui a tout ? Un gâteau pour 35 millions de personnes ? Un ticket de cinéma ? Des boucles d’oreilles ? Pas assez bien pour un anniversaire aussi marquant ! Et assurément pas assez bien pour le voisin et allié dont la frontière commune n’est défendue que par l’amitié.

« Canada 150 » résonne dans tout le pays en 2017. À cette occasion, la Mission américaine au Canada a conçu deux expositions bilingues en tournée dans tout le pays au cours de cette année. « Northern Stars » retrace 150 ans des relations canado-américaines. L’exposition illustre la relation unique qui existe entre le Canada et les États-Unis, en utilisant les images historiques des visites présidentielles au Canada, de l’exploration spatiale conjointe, de la collaboration culturelle et du soutien mutuel en temps de crise. « Regard sur l’Arctique » examine la coopération canado-américaine dans la recherche et la gestion de la faune (autant de questions importantes qui marquent la dernière année de la présidence des États-Unis au Conseil de l’Arctique) et sur les questions touchant certains profils des membres de la communauté inuit dans notre espace commun qu’est l’Arctique.

Le Canada est l’un des partenaires internationaux des États-Unis les plus anciens et les plus importants. Les expositions soulignent les expériences et les influences qui ont établi les liens culturels, économiques et scientifiques importants entre le Canada et les États-Unis. Saviez-vous, par exemple, que le chemin de fer souterrain s’étendait au Canada et beaucoup de descendants d’esclaves échappés y vivaient ? Ou encore que l’actuel ministre des Transports a été la première astronaute canadienne de la NASA ?

Inauguration de la biosphère EOTA.

Les expositions étaient présentées à Ottawa en février pour trois semaines. Puis à Toronto, à la mairie et à la bibliothèque publique. A Québec, le bureau de poste de la vieille ville a accueilli les expositions, et à Montréal, l’exposition Arctic est «rentrée chez elle» dans la biosphère emblématique de Buckminster Fuller, qui a servi de pavillon américain à l’Expo 67. Les consulats généraux à Halifax, Winnipeg, Calgary et Vancouver présenteront également les pièces tout au long de l’année 2017.

Les visiteurs disent souvent au personnel de l’ambassade à quel point ils sont reconnaissants pour cette exposition. « C’est tellement important ! » a déclaré une femme. « Cela [l’exposition] nous rappelle que nous avons une longue amitié et, qu’importe la manière dont les choses changent dans le futur, cette amitié existera toujours. Nous avons là des bases solides. » Un autre visiteur canadien a exprimé le souhait que « tout le monde puisse voir cette exposition », afin de prendre conscience des nombreux aspects positifs de notre relation.

Et qu’est-ce qu’un anniversaire sans vœux ? Ou onze ! Comme touche finale à notre célébration, l’ambassade d’Ottawa a demandé aux gouverneurs des États bordant le Canada d’envoyer leurs vœux pour commémorer ce cent cinquantième anniversaire. Les onze États ont répondu… et les résultats sont de belles « cartes postales » affichées à l’ambassade d’Ottawa. Comme le gouverneur de l’Ohio, John Kasich, l’a écrit : « Félicitations, Canada ! Puissiez-vous rester longtemps le ‘vrai Nord, fort et libre’! »

À propos de l’auteur : Dick Custin traville aux affaires culturelles de l’ambassade des États-Unis à Ottawa.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.