Faire face à la famine

Translated:
6 minutes read time
People sort through food aid
Triage de l’aide alimentaire dans une installation de traitement de la nourriture.

Faire face à la famine

Le 8 juillet 2017, les États-Unis ont annoncé presque 639 millions de dollars en aide humanitaire supplémentaire pour aider les millions de personnes touchées par la précarité alimentaire et la violence au Soudan du Sud, au Nigeria, en Somalie et au Yémen.

Imaginez si chaque personne en Floride, le 3e plus grand Etat des États-Unis, était au bord de la famine. C’est ce qui se passe dans quatre pays, le Soudan du Sudla Somaliele Nigeria et le Yémen, où plus de 20 millions de personnes sont menacées de mourir de faim.

Les conflits sont la cause des crises dans ces quatre pays. Cette violence, combinée à la sécheresse dans le cas de la Somalie, oblige des millions de personnes à fuir au sein et au-delà des frontières de leur pays, perturbant la production agricole et les moyens de subsistance et coupant les familles de leurs systèmes d’entraide sociale.

L’USAID (l’Agence des États-Unis pour le développement international) met à profit son expertise et ses ressources pour aider les gens à faire face à la famine et pour changer les choses dans la lutte contre la faim.

Le Soudan du Sud

Un afflux rapide d’aide a contribué à atténuer la famine dans certaines régions du Soudan du Sud, mais la situation générale en termes de sécurité alimentaire continue de se détériorer et la portée et l’ampleur d’une sous-alimentation potentiellement fatale, continuent à s’étendre. Six millions de personnes, soit plus de 50% de la population actuelle, nécessitent une aide alimentaire d’urgence. Selon l’ONU, le maintien de secours humanitaires robustes dans l’ensemble du pays est essentiel pour sauver des vies et empêcher le retour de la famine.

En sa qualité de plus grand fournisseur individuel d’aide humanitaire aux populations du Soudan du Sud, les États-Unis fournissent une aide (notamment plus de 600 000 tonnes métriques d’aide alimentaire d’urgence) dont bénéficient environ 1,3 million de personnes par mois, y compris cette petite fille.

Ce bébé est une adorable enfant, mais pas seulement: c’est une survivante. Sa mère l’a amenée dans une clinique dirigée par notre partenaire Medairafin de la faire soigner car elle souffrait d’une malnutrition aiguë très grave. La voir ainsi récupérer nous a donné l’espoir que l’assistance que nous fournissons aide les Soudanais du Sud qui font face à la famine.

La Somalie

Six ans après que la Somalie a subi une famine dévastatrice, certaines régions du pays sont de nouveau confrontées à une sous-alimentation potentiellement mortelle. Une sécheresse redoutable et les conflits en cours ont plongé plus de la moitié de la population de la Somalie (6,7 millions de personnes) dans un besoin d’aide humanitaire immédiate.

Grâce aux prévisions du Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la faim, financé par l’USAID (FEWS NET), les États-Unis et leurs partenaires internationaux ont réussi à intensifier rapidement leurs efforts d’intervention pour qu’une aide alimentaire d’urgence puisse atteindre davantage de personnes (passant de 500 000 en janvier 2017 à environ 2,6 millions en mai).

Alors que cette réponse humanitaire sans précédent a contribué à éviter la famine jusqu’à présent, le risque reste élevé dans de nombreuses régions. Les pluies de printemps sont arrivées tardivement et ont été sporadiques, ne soulageant que peu les communautés touchées par la sécheresse. Elles sont également arrivées trop tard pour la récolte de juillet. En conséquence, une aide supplémentaire est nécessaire pour éviter que la famine sévisse en Somalie cette année.

La Somalie

Le Nigeria

Des années de conflit dans le nord-est du Nigeria ont laissé des millions de personnes sans nourriture suffisante. La violence en cours entrave également les efforts des secours, les travailleurs humanitaires ne réussissant pas à atteindre de nombreuses communautés dans le besoin.

Les 5,2 millions de personnes qui font face à la famine en raison de cette crise sont confrontées à de nombreux autres problèmes que celui de la faim. Elles ont été terrorisées par Boko Haram, chassées de leurs maisons, et ont vu leurs moyens de subsistance détruits.

C’est la raison pour laquelle la réponse humanitaire de l’USAID dépasse l’alimentation d’urgence pour fournir une assistance nutritionnelle, des abris, des services de santé, de l’eau potable, ainsi qu’un système d’hygiène et d’assainissement. L’USAID et ses partenaires fournissent également des services de protection (y compris un soutien psychosociologique et des formations professionnelles), afin d’aider les familles vulnérables à surmonter les brutalités qu’elles ont subies.

Le Nigeria

Le Yémen

Plus de deux ans de conflit continuel ont poussé les limites du Yémen à leur maximum. Avec une sous-alimentation potentiellement fatale qui affecte plus de 17 millions de personnes, le Yémen est confronté à la plus grande urgence alimentaire du monde. Simultanément, les habitants du Yémen sont confrontés à la plus grave épidémie de choléra du monde.

L’USAID et ses partenaires luttent contre l’épidémie en approvisionnant les populations en eau potable, en sensibilisant les communautés à la nécessité de se laver les mains, en organisant des campagnes de prévention contre le choléra, et en fournissant du matériel médical et des articles d’hygiène. Nous aidons également les centres de traitement du choléra, comme celui où ces triplets, avec leurs cinq frères et sœurs et leur mère, ont tous vaincu le choléra!

Le Yémen

Note de l’éditeur : Ce post a originellement été publié par le Bureau d’assistance aux victimes de catastrophes à l’étranger de l’USAID ici: USAID’s 2030 Medium publication.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.